vendredi 23 mai 2008

Anxi Tie Kuan Yin

Jeudi après-midi, j'ai passé un long et excellent moment à déguster mon meilleur Anxi Tie Kuan Yin, celui dont j'avais déjà parlé précedement.

J'en ai profité pour reprendre quelques clichés de ces magnifiques feuilles pour mes archives personnelles de dégustation. Comme ces photos sont bien meilleures que les précédentes qui avaient étés prises en lumière artificielle tungstène, j'ai décidé de vous montrer cette nouvelle série... Elles rendent mieux compte de la beauté de ces feuilles.





J'en profite aussi pour essayer de vous dire quelques mots sur ce Anxi Tie Kuan Yin.

Le Tie Kuan Yin me renvoie à mes premières amours avec les thés chinois, c'est le premier oolong que j'ai acheté, c'est avec ceux-là que j'ai commmencé à découvrir cette magnifique famille de thé que sont les bleu-verts...

Pendant toute une période, je m'en étais lassé, mais dernièrement, j'ai eu envie d'y revenir...







Ce Tie Kuan Yin, qui à première vue ressemble fort aux autres, se classe résolument dans une catégorie que je qualifierai "d'exception" ou de "prestige".

C'est clairement le meilleurs Oolong fleuri que j'ai eu l'occasion de boire. Il va sans dire que ce genre de thé n'est pas donné... Mais à coté de ce thé, les Gao Shan taiwanais ou les Bao zhong que j'ai eu l'occasion de boire m'apparaissent comme de la vulgaire piquette de supermarché... et pourtant, ces derniers sont bien souvent considérés comme le top en matière de oolongs fleuris.

Qu'est-ce qui différencie un "thé d'exception" d'un "bon thé"? Comment rendre compte de façon rationnelle d'une expérience avec un grand thé?

D'après mon expérience, la catégorie des "thés d'exception" est celle dont il est le plus difficile de parler...

Quand j'ai l'occasion d'en déguster un (faut de temps en temps se faire un petit plaisir), la seule chose qui me vient à l'esprit quand j'entre en contact avec ce brevage, ce sont des aaaaahhhh, mmmmmmhhhhh.... puis... un moment de "vide", où je suis complétement absorbé par l'expérience physique et sensorielle de la dégustation...

En général, face à ce type de thé, je n'ai aucune envie de noter mes perceptions dans mon carnet de dégustaion. Juste envie de les vivre... Ainsi, je n'ai aucune notes prises avec mes pu er de plus de 20 ans, c'est curieux, non?







Ce qui est curieux avec ces thés, c'est que quand on essaie quand même de les analyser un peu (ce que j'ai essayé de faire hier), ce qu'on peut en dire "rationnellement" n'est pas très différent de ce qu'on pourrait dire à propos de bons thés plus ordinaires.

Il n'y a pas dans ce Tie Kuan Yin de notes olfactives et aromatiques que l'on ne retrouvrerai pas dans les autres Tie Kuan Yin du même genre. Je dirais même que les notes aromatiques et olfactives de ce thé sont tout à fait les notes "typiques" de ce genre de thé....

Les feuilles sèches dans la théière ont un parfum qui me fait penser à celui des pivoines et du lila, avec en plus une notes plus sèche et végétale qui est un peu comme celle du buisson de lila et de l'ecorce de son tronc... c'est ce que j'y sens, mais on peut interpréter cela différemement.

A l'infusion, on a un bouquet fleuri assez complexe: lila, lys, jacynthe, pivoine... des fleurs printanières fraiches, délicates et un peu "poivrées".... Il y a aussi les notes typiques caractéristiques du Tie Kuan Yin, certains parlent d'une "odeur de fer", à laquelle son nom fait référence: "déesse de fer de la miséricorde"... (?) . Personnellement, je préfère parler de "l'odeur du Tie Kuan Yin"

La liqueur est très parfumée, fraiche, sucrée... Elle étonne par son onctuosité et sa rondeur.

Cependant, après quelques instants, cette rondeur apporte un peu de secheresse en bouche, mais après quelques minutes, on commence à saliver et il reste enbouche une saveur sucrée et moelleuse délicatement parfumée, très agréable... Cela me fait penser à des bonbons sucrés-parfumés (genre abbaye de flavigny) ou à un miel très doux. Il y a donc une belle et longue persistence enbouche.

Ce qui est particulier avec ce Tie Kuan Yin, c'est sa totale absence d'amertume végétale. Même après de très longues infusions.

Il est aussi très concentré, il s'infuse une dizaine de fois, et comme il n'y a pas d'amertume, on peut le pousser... (je n'hésite pas à le laisser 15-20 minutes pour les dernières infusions... y'a aucun problèmes)





Alors, qu'est-ce qui fait la différence... ??? Cette description pourrait très bien être celle de n'importe quel TKY de bonne qualité...

Selon moi, la différence est dans la manière dont ces caractèristiques s'expriment. Il y a ici une finesse, un équilibre, un fondu que l'on ne retouve pas vraiment ailleurs...

Pour prendre une comparaison, je dirais que les caractéristiques olfactives de ce thé sont exactement comme celle de fleurs véritables: il y a finesse, délicatesse, subtilité.... Alors, que les thés fleuris plus "courants" ont des parfums plus "grossiers" et "rudes". Il me font d'avantage penser a du parfum au sens "eau de toilette" (c'est la raison pour laquelle bien souvent, je n'aime pas les Oolongs fleuris... en particulier, la plupart des Baozhongs taiwanais et les TKY super verts). Je dirais donc qu'il y a, pour moi, le même rapport qu'il peut y avoir entre le parfum véritable du lila et celui d'un parfum-eau de toilette au lila....





Il y a ausi un effet physique très étonnant avec les" thés d'exception", un effet relaxant de bien-être qui parcourt tout le corps dès qu'on avale... certains parlent de "QI" à ce sujet...

Peu importe ce que cela peut être, en tout cas....

C'EST TROP COOL... !!!


(j'en ai un peu marre d'ecrire, j'arrête ici pour aujourd'hui...)





Prochainement, je parlerai de Vieux-thés et de Pu Er crus anciens ( notamment des vertus rafraichissantes et désaltérantes de ces derniers...)


PS: vous noterez qu'en cours de route j'ai fait un petit changement concernant le bateau à thé. Pour ce thé si printanier, quelquechose de moins austère que l'assiette grise était plus adapté....

11 commentaires:

emmanuel a dit…

Je suis parti cette semaine à la découverte du Qi, en essayant de plus écouter mon corps... Et c'est assez impressionant de sentir "le flux" qui parcoure les jambes, se glisse dans le dos etc.

Je ne suis pas du genre à m'intéresser aux choses spirituelles ou métaphysiques. Mais force est de constater que les effets du thé sont parfois surprenants.

Thomas a dit…

ouai, c'est exactement ça le Qi...
comme une vague, ça te part du palais, traverse la racine du nez et le cerveau à la vitesse de l'éclair, ensuite cela redescent dans le dos, les bras et les jambes, jusque dans le bout des doigts...

c'est presque orgasmique comme sensation, mais en sens "inverse"...
avec certains Rochers(genre "grande toge rouge" comme celui que j'ai photographié), c'est du pur délire, c'est super puissant...

Faut surtout pas intelectualiser ces sensations avec toutes ces salades de foutaises "métaphysiques" ou "ésotériques"... juste ressentir, c'est suffisant...

Parfois, je me dis qu'on est aussi pire que des camés...

ouaaahhh, c'est trop coooool quand même cette boisson....

bonne journée amigo!

lionel a dit…

Jamais ressenti ces sensations dans le corps tout entier...??? Faut dire qu'avec deux garnements qui tournent autour c'est souvent difficile de se concentrer sur ses sensations de dégustation...

Au passage Thomas, sacré bon boulot ce blog, photos superbes, textes détaillés et fouillés, ce goût pour la nature que l'on sent transpirer...j'aime beaucoup ça...

e. a dit…

merci de lire "parcourt" et pas "parcoure" dans mon message précédent ;-)

Philippe a dit…

On le trouve où le tissu que tu mets dans ton plateau, j'en recherche un de ce genre pour mes les miens ?

Thomas a dit…

philippe,

ce tissu est un simple set de table plié en deux, par chance cela fait juste la taille du plateau...

En belgique, on peut en trouver dans tous les magasins où l'on vend de la vaisselle bon marché, des couverts, des serviettes, des ustensiles de cuisine...
j'imagine qu'on doit pouvoir trouver aussi ces sets de table dans ce type de magasin en france... c'est made in india, et ça coute dans les 2 euros... accessoire simple et fort utile!

Michel a dit…

Bel article.

Comme toi j'ai découvert le oloong avec un très bon TGY. C'est un thé très 'sexy' et d'après moi c'est autant un parfum qu'un thé.
Je préfère donc boire des gaoshan cha mais je me fais un de ces TGY une fois l'année, plus pour le souvenir.

ginkgo a dit…

magnifique article! j'aime beaucoup ton approche du thé, vraie, sincère, vibrante et si personnelle. En lisant on est porté, ce n'est pas la réflexion intellectuelle qui prime mais une rencontre. les mots sont pauvres pour essayer de décrire toutes ces sensations mais bon on peut "lire entre les lignes".
Je comparerais volontiers ce Tie Kuan Yin d'exception avec le mien qui est tout simple,un thé"de tous les jours" mais qui tient la route!

Anonyme a dit…

Bravo pour votre blog ! comme vous, je suis un inconditionnel des oolong ... notamment des tie kuan yin ; j'habite Paris ; savez-vous où je peux acheter celui que vous mentionnez, en provenance de Anxi ? A bientôt.

T.alain a dit…

C'est bien,c'est beau,c'est reposant.Tes commentaires sont très fouillés.J'aime beaucoup ta façon de photographier les thés avant et après infusion c'est clair et net on peut imaginer la qualité de tes thés sur tes clichés....continues tu nous régales

Vanessa a dit…

Voilà, on y est, toute la différence est là! Je bois actuellement un TKY, celui de base... j'ai déjà du mal à bien exprimer ce que je ressents. Maintenant bien distinguer un thé oolong fleuri d'un autre, il en faut du temps et de la pratique.

Pour ce qui est du ki (qi, chi) je m'enthousiasme à l'idée de le ressentir par la dégustation de thé... pour l'instant seuls des "exercices" de méditation-shiatsu arrivent à m'en montrer un chemin.